11 nouvelles formatrices en autodéfense pour femmes !

En mai, la formation de nouvelles formatrices s’est terminée, après un an et demi d’un processus enrichissant, bouleversant et stimulant. Ce sont donc 11 nouvelles formatrices qui ont vu le jour. L’équipe de Garance s’agrandit, même si une partie d’entre elles travailleront pour d’autres associations et/ou dans d’autres pays, l’autodéfense féministe étend son réseau et un plus grand nombre de femmes pourront y avoir accès.

Cette formation s’adressait à toute femme intéressée par la thématique et/ou travaillant comme permanente ou volontaire dans le secteur socio-culturel, d’aide aux personnes, dans des associations féministes ou tout autre association qui cherche à travailler avec un public de femmes adultes sur le sujet des violences et de leur prévention. Les participantes qui se sont lancées dans l’aventure cette fois-ci sont belges, suissesses et françaises, leurs projets sont divers et les publics auxquels ils seront destinés aussi. Si certains de ces projets sont encore vagues, d’autres par contre sont déjà bien lancés. Garance fera partie du voyage de près ou de loin !

Photo de groupe des nouvelles formatrices

« Un changement de vie, des apprentissages sur moi-même, sur comment décrypter une situation, sur l’affirmation de soi et sur les limites personnelles, sur nos privilèges et sur l’intersectionnalité, mais aussi une consolidation de savoirs déjà bien ancrés. De superbes rencontres et un espace de sécurité. Voilà ce qu’a été la FOFO pour moi », nous dit Camille, suissesse, qui a pour objectif de travailler en autonomie ou via une association partenaire avec des femmes lesbiennes, trans et travailleuses du sexe. Si son projet est encore en construction, ses idées sont bien là et on a hâte de les découvrir. Leila travaillera probablement avec elle dans l’élaboration de ce projet et/ou dans la création d’une nouvelle association. Suissesse également, la FOFO lui a apporté « des copines, de l’assurance et j’ai appris à réduire énormément mes exigences envers moi-même et les autres  ». En plus du projet en commun avec Camille, Leila aimerait travailler avec des adolescentes et des femmes migrantes hispanophones.

Pour Sarah, « des outils concrets, de la confiance en moi et une ouverture sur des nouvelles possibilités » sont les principales choses marquantes de cette FOFO. Française, elle construit son projet de travailler également avec les travailleuses du sexe et le grand public.

Eva, quant à elle, travaille dans une association en région parisienne : Du côté des femmes. Les formations seront destinées aux femmes qui la fréquentent, victimes de violences conjugales ou pas. Deux antennes existent, ce qui permettra à Eva de parcourir tout le Val d’Oise pour donner des formations aux femmes intéressées. « Ca m’a apporté plus de confiance en moi, de nombreux outils et des techniques d’animation riches ». La FOFO lui a ouvert des portes pour travailler différemment avec les femmes et de pouvoir en mesurer les impacts sur le long terme, puisqu’elle est amenée à rencontrer les femmes plusieurs fois.

Parmi les nouvelles formatrices, il y a aussi des belges qui pourront animer des stages pour femmes adultes à Bruxelles et surtout en Wallonie. Pour Delphine, un projet déjà concret existe en partenariat avec le CEFA et la Maison des Jeunes Chez Zelle à Louvain-la-Neuve, de développer des stages pour un public jeune de lycéennes et d’étudiantes. Laetitia sera formatrice pour Garance et mettra en place des ateliers d’autodéfense pour femmes en milieu rural dans d’éventuels nouveaux partenariats dans la région de Couvin et Chimay. Le Couvinois s’enrichi doublement puisque Mélanie, diplômée de cette FOFO également, construit son projet d’autodéfense dans la région.

Pascale, liégeoise, aimerait travailler avec les enfants. En tant que comédienne, l’autodéfense lui a ouvert une autre approche de son métier et une autre perception des cours qu’elle donne déjà. « Une certaine structure et une autre manière de voir les choses. »

La région de Chiny aura aussi la chance d’avoir une formatrice dans les parages. Gaëtane y vit et aimerait mettre sur pied des ateliers pour les femmes dans toute la province du Luxembourg. « Grâce à la FOFO, je me sens plus apte et plus en confiance pour transmettre des savoirs. J’ai également acquis une vue d’ensemble sur les violences faites aux femmes. »

Bruxelles n’est pas laissée pour compte puisque deux nouvelles formatrices pourront alléger le travail de celles qui y sont déjà. Pauline aimerait travailler avec le public LGBT et avec les femmes avec handicap. Laura, quant à elle, espère pouvoir donner des stages pour des femmes sans-papiers en plus des stages grand public déjà organisés par Garance. Nous pourrons donc, à partir de septembre, proposer plus de stages d’autodéfense qu’avant et nous nous en réjouissons !

Cette expérience fut riche et très intense pour ses participantes mais aussi pour les deux formatrices expérimentées qui ont suivi et animé ce processus. Garance est fière de cet arrivage de nouveauté et se réjouit de tous les projets futurs. L’ année prochaine, c’est une autre formation de formatrices qui débutera ! D’ici là, repos d’abord mais ensuite créations, réflexions, partenariats et autodéfense seront de la partie.


Avec le soutien de la COCOF - © 2009 Garance ASBL
© 2009 Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be