L’inventrice de l’université

La femme rebelle de ce mois est illustrée par une personnalité très connue au Maghreb et notamment au Maroc, pour l’empreinte qu’elle laissa dans le paysage de ce pays et dans l’histoire des femmes en général. Fatima Al Fihriya a contribué à améliorer le monde en construisant la première université de l’histoire.

Née au 9e siècle, Fatima Al Fihriya est originaire de Kairouan en Tunisie. Très jeune, elle émigre avec sa famille à Fès, au nord du Maroc, où elle vit tout le reste de sa vie. Surnommée Oum Albanine, parce qu’elle avait deux enfants, elle est dotée d’une curiosité intellectuelle exceptionnelle depuis son jeune âge. Son père est un riche commerçant concerné par l’éducation de ses filles. Il permet à Fatima Al Firhiya de recevoir une instruction de qualité et une bonne éducation religieuse. Lorsque leur père décède, Fatima et sa soeur décident de dépenser leur héritage au service de la communauté pour honorer sa mémoire et pour bâtir un lieu de diffusion des connaissances.

Fontaine de l’Université Al Quaraouiyine
Une fontaine dans une cour de l’université, à l’arrière-fonds une porte richement ornée

En l’an 859, Fatima fait construire la plus grande mosquée d’Afrique du Nord de l’époque, la mosquée Al Quaraouiyine à Fès. De cette mosquée naîtra la première université de l’histoire : l’Université Al Quaraouiyine considérée comme l’un des principaux centres spirituels et éducatifs du monde musulman. Cette université figure aujourd’hui dans le Guiness Book (le livre des records), pour être la plus ancienne université du monde toujours en activité.

Il est raconté que Fatima a jeûné durant toute la période de construction de cette mosquée pour entourer son projet de toutes les bénédictions divines possible. Pour s’assurer que la construction se fasse dans des conditions respectueuses des travailleurs et de sa foi, elle a acheté un terrain voisin à celui de la mosquée et demanda aux ouvriers de n’utiliser que les matériaux issus de ce terrain (les pierres, le sable, le plâtre...). Un projet d’écoconstruction local avant son temps...

Et c’est là que les sources historiques sur Fatima Al Fihriya s’arrêtent. Il n’y a pas de portrait contemporain, et rien n’est su sur le reste de sa vie ni sur sa mort. Mais grâce à l’engagement de Fatima, dès sa création, l’Université Al Quaraouiyine était ouverte aussi bien aux hommes qu’aux femmes. L’Université ne dispensait pas seulement un savoir religieux mais également profane et scientifique. Différentes matières, comme les langues par exemple, sont progressivement introduites et une grande bibliothèque avec des livres de toutes origines est construite. Elle joua aussi un rôle dans les relations culturelles et universitaires entre le monde islamique et l’Europe et elle attira des étudiant.e.s du monde entier et de toute confession, comme le philosophe juif Maimonide et le pape Sylvestre II.

A Kairaouan, en hommage à sa mémoire oubliée par les générations, le Ministère de la femme, de la famille et de l’enfance a lancé le prix « Fatima Fihriya » en 2017 à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Ce prix deviendra une tradition annuelle pour récompenser les initiatives promouvant la formation et la responsabilité professionnelle des femmes et il s’organisera chaque année au Maroc, en Tunisie et en France.

Pour en savoir plus :


Avec le soutien de la COCOF - © 2009 Garance ASBL
© 2009 Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be