La FOFO vue de l’intérieur

Témoignage d’une FOFOteuse

Quatre mois déjà sont passés depuis la fin de la formation de formatrices d’autodéfense (ou FOFO pour les intimes) 2016/2107. J’ai l’impression que ça fait une éternité ! Et pour autant… l’auto-défense fait partie intégrale de ma vie. Quelques mots alors, tapés sur un clavier un matin dans le train, aux voluptés de café… pour raconter.

La FOFO, ça a été un an et demi extrêmement fort ! À chaque module on apprend, on avance, on déconstruit à propos de l’autodéfense, des violences… mais c’est plus large que ça. Au croisement entre intersectionnalité et problématiques sociétales, échos personnels et introspectives, partages en groupe, le tout brassé par une approche féministe, on aborde des thématiques telles que le handicap, le racisme, les privilèges, les violences conjugales avec des allers-retours réguliers entre théorie et pratique, savoirs froids et savoirs chauds, expérimentation et jeux de rôle. Une remise en question à chaque module ; à des moments bien précis, en continue durant les cinq jours et une fois de retour dans ma vie.

Pour ma part, je m’étonne encore de voir à quel point ma vie a bougé ces deux dernières années, avec la FOFO en toile de fond venue tirer des ficelles. Dans ma manière de communiquer, les projets que je mène, avec ma famille, dans mes relations amoureuses… c’est venu tout bousculer, tout chambouler, à plein d’endroits ! Dans l’inconfort bien souvent parce que les sujets me brassent, mais je me sens tellement plus ancrée aujourd’hui. Plus consciente, du monde qui m’entoure, de moi même. Plus sûre de moi, je sais reconnaître mes limites, et les nommer, et je me sens plus libre. Ça m’aurait plu que la FOFO dure plus longtemps.

Je me souviens que le module sur les privilèges nous a particulièrement touchées et a entraîné quelques tensions, beaucoup de questions. Parce que ça fait écho dans nos vies, nos comportements, nos réflexions personnelles ; ces sujets sont venus s’accrocher à notre sensibilité. Et comment est-ce qu’on fait pour ne pas juste les laisser nous traverser, mais pour pouvoir agir aussi. Transformer, faire bouger des choses dans ma vie et transmettre ces questionnements à d’autres.

Je me souviens aussi d’un temps fort sur les statistiques des violences faites aux femmes avec un questionnaire que nous avons toutes rempli ; le résultat était alarmant : on explosait toutes les statistiques ! Je ne pense pas que nos réalités soient différentes des autres femmes. Par contre, je pense que nous étions conscientes de ces violences et que nous avons osé les nommer.

Je me souviens qu’il n’était pas toujours évident de fonctionner toutes ensemble, parce que venues toutes d’horizons différents, avec des vies, des manières de communiquer différentes, et une vision du monde propre à chacune. Et comment on compose ensemble, dans l’écoute... Tentatives de compréhension de nos différences, respect de nos désaccords sans essayer de convaincre à tout prix. Le fait de vivre ensemble, dans un même espace pendant les cinq jours de chaque module, c’était riche et intense. Ça nous a aussi soudées d’avantage. Nous continuons toujours à nous voir en dehors de la FOFO.

L’avenir des FOFOteuses est fleurissant ! Je ne suis pas en contact étroit avec toutes, mais je peux parler des fRançaises qui, à ma connaissance, développent l’autodéfense autour de Carcassone, Lyon, Paris, Nantes, Valence, le Royans, la Bretagne … en plus de deux électrons non implantées dans un zone géographique fixe. Et les actions/projets sont nombreux : des stages de base grand public et des stages de base plus spécifiques (notamment avec les travailleuses du sexe), des entraînements avec des groupes fixes, des ateliers avec des femmes issues de l’immigration, un atelier spécial noël... Et puis des nouveaux ateliers / formations / formats en construction (l’autodéfense en autostop ou pour des bergères, autodéfense et thérapie psycho-corporelle, autodéfense et éducation populaire…).

Nos retrouvailles régulières - environ tous les trois mois (appelées Fiou Fiou) - nous permettent de « réviser », créer ensemble, se retrouver, partager les dernières nouvelles et les prochaines infos/stages/événements, des dates à co-animer, se soutenir, se donner toujours plus de force… et développer encore l’autodéfense féministe en Belgique et en France !


Avec le soutien de la COCOF - © 2009 Garance ASBL
© 2009 Garance ASBL - www.garance.be - info@garance.be