Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Vous ne voulez plus recevoir notre Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous

N° 106 – Juin 2021

soleil

Stages d'été


Les beaux jours sont là, la vie reprend peu à peu et pour couronner le tout, nous vous avons concocté un joli programme d’activités estivales  Alors passez vos vacances avec Garance !

Outre nos "classiques" (auto-défense pour femmes, autodéfense pour filles, résister à l’anti-féminisme), nous proposons cette année deux nouveautés :.

  • Un stage spécialement dédié aux femmes vivant avec un handicap visuel : dans ce stage d'autodéfense féministe, vous pourrez explorer vos propres limites et comment les poser efficacement. Vous échangerez avec le groupe vos idées de réaction face aux violences sexistes et validistes, et vous pourrez expérimenter dans un cadre de sécurité des nouvelles stratégies et techniques verbales et physiques pour vous protéger contre les agressions les plus courantes.

  • Un stage cyber-autodéfense pour filles de 14 à 18 ans. Le cyber-harcèlement des jeunes filles est un véritable fléau, dont les adultes ne prennent pas toujours la mesure. Les jeunes adolescentes sont de grandes consommatrices de réseaux sociaux, et 20 % d’entre elles déclarent avoir été exposées à des insultes, ou à la publication non-désirée de photos. Ce stage d’une semaine permet d’apprendre aux filles de 14 à 18 ans à se protéger.

Tous nos stages d'été ont lieu dans nos locaux à Bruxelles.

Info et inscriptions : par mail ou tél : 02 216 61 16

Des nouvelles de Garance 

Du nouveau à Garance : la formation en cyber-autodéfense pour formatrice d'autodéfense féministe  

À vos agendas ! Les 9 et 10 septembre prochain, Garance lance sa < strong>nouvelle formation en cyber-autodéfense à destination, dans un premier temps, < strong>des formatrices actives en autodéfense. Le sexisme s'invite dans toutes les sphères de la vie des femmes. Là où nous sommes, nous y sommes confrontées. C'est donc sans surprise que nous y faisons face également dans l'espace numérique. Commentaires à caractère sexuel, insultes, menaces, appels à la haine, on peut se sentir en insécurité sur internet. Comment protéger ses données ? Comment s'y retrouver avec les paramètres des applications digitales ? Que faire face à des messages privés non souhaités ? Comment réagir si mon/ma compagnon/compagne contrôle mes comptes ? Pendant deux jours, nous verrons ensemble comment prévenir les violences en ligne et se défendre via des stratégies individuelles et collectives.

Infos et inscriptions auprès de info@garance.be

L’AG de Garance se tiendra le mardi 22 juin   

Nous avons le plaisir de vous informer que l’Assemblée Générale Ordinaire de Garance se tiendra le mardi 22 juin 2021, qui plus est en présentiel (il était temps !) dans le respect de toutes les normes sanitaires. L’occasion pour les membres de participer à l’orientation politique de Garance, voir de plus près les plans d’activités et stratégiques de l’association. Si vous désirez en être, contactez-nous

Ateliers pour les femmes* qui en ont marre de se faire emmerder dans la rue 

Dans le cadre des activités de notre projet  Femmes* au Parc, viens participer à des ateliers où nous échangerons nos expériences de sexisme dans les espaces publics, mais surtout nos astuces pour y faire face. Si ça t'intéresse, n'hésites pas à prendre contact avec Roxanne Chinikar ,  ou par téléphone au 0488/346592.

Garance goes North 

Après plus d'un an d'attente et quelques premiers débuts en ligne, Garance fait ses valises pour se rendre en Islande fin juin pour une première formation internationale de formatrices. 10 participantes islandaises et roumaines travailleront ensemble pour pouvoir animer des ateliers courts d'autodéfense féministe. Elles mettront ce savoir en pratique dans leurs pays avant le deuxième module, qui aura lieu en Roumanie, où elles apprendront à animer des stages complets d'autodéfense. Un troisième module, à Bruxelles, leur fournira les savoirs et savoir-faire nécessaires pour travailler avec différents groupes cibles (ex. filles, femmes en situation de handicap...). Nous sommes impatientes de partager nos expériences et expertises avec nos amies en Islande et Roumanie et d'avoir des associations soeurs dans ces pays où jusqu'à nouvel ordre, l'autodéfense féministe était absente.

Ateliers d'autodéfense pour femmes en situation de handicap physique 

Quatre ateliers d'autodéfense pour femmes en situation de handicap physique ont eu lieu en ligne en mai et juin. Les annonces au sujet des ateliers partagés sur des groupes FB en lien avec le handicap physique ont permis de rassembler les 6 participantes maximum par atelier que nous nous étions fixés (et même un peu plus). Ont été partagés dans les ateliers les activités clés des stages de base Garance (celles transférables en ligne évidemment). Le tout adapté aux situations que peuvent vivre les femmes qui se déplacent toujours ou occasionnellement avec des cannes/béquilles, un déambulateur et/ou en chaise roulante manuelle ou électronique. Certaines vivant cette situation depuis longtemps (ou toujours), d'autres depuis plus récemment.

Les évaluations des participantes et des formatrices montrent un très grand taux de satisfaction d'avoir pu partager ce moment ensemble. Etre en ligne nous apparaissait pourtant être un « plan B » lié au Covid. Les évaluations nous ont aussi montré que c'est une façon efficace de rendre accessibles des ateliers à certaines des participantes qui n'auraient pas pu se déplacer pour un atelier en présentiel. A refaire donc, même hors Covid.

Tout cela grâce au projet européen No Means No au cours duquel des formatrices d'autodéfense de Garance ont pu se spécialiser aux 4 types de handicap : physique, auditif, visuel et intellectuel en suivant une formation auprès Lydia Zijdel Renseignements pour de futurs ateliers pour femmes en situation de handicap (visuel, auditif, intellectuel ou physique), en ligne ou en présentiel:  dvagarance@gmail.com

Des nouvelles du monde 

smiley

viol et cyber-violence: féminicide?

Ce décès ne rentrera pas dans les chiffres des féminicides parce que les violeurs n'ont pas tué la victime de leurs mains. Mais pour nous, la responsabilité de cette mort est clairement sur eux. Et sur tout le monde qui partage et consomme les images du viol diffusées sur les réseaux sociaux. Toutes nos pensées à la famille et aux proches de "Julie".

smiley

Les travailleuses domestiques contre le viol


Les femmes sans papier qui travaillent dans les ménages se voient souvent confrontées à de l'exploitation et des violences. Ce 12 mai passé, Christianny Fernandez, une travailleuse brésilienne, est décédée d'un cancer du col de l’utérus, conséquence des viols répétés par son patron. La Ligue des travailleuses domestiques de la CSC a organisé un rassemblement pour exiger que les femmes sans papier puissent porter plainte à la police contre leurs agresseurs sans peur d'être expulsées ; cela implique l'obtention d'un titre de séjour et d'un permis de travail pendant toute la procédure. Les travailleuses domestiques demandent aussi de rendre plus accessibles les maisons d'accueil en cas de violence conjugale, l'aide médicale d'urgence et les informations sur les centre de prise en charge des violences sexuelles. Toutes des mesures que la Belgique devrait déjà avoir mises en oeuvre suite à la ratification de la Convention d'Istanbul et de la Convention 189 de l'OIT sur le travail domestique.

smiley

Victoire pour les grévistes!

Après 22 mois de grève, les femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles ont obtenu gain de cause sur toutes leurs revendications: augmentation de salaire (de 200 à 500€), augmentation de leurs qualifications, baisse de la cadence de travail, requalifications en CDI, annulation des mutations prévues et suppression des contrats de 4h. Tout y est!  Leur combat continue puisqu'elles veulent aller plus loin et faire reconnaître le caractère discriminatoire de la différence de traitement des salariées de la sous-traitance. Brava Brava Brava!!

smiley

Somalie et Somaliland : empowerment féministe en cours !

Mark Fathi Massoud, professeur en sciences politiques et légales à l’Université de Californie (Santa Cruz), s’est intéressé de près à la réappropriation par les femmes musulmanes des questions religieuses. En interrogeant une centaine de femmes musulmanes dans les régions de Somalie et du Somaliland, il en déduit que « Sharia encourages a diversity of interpretations, there is no right or wrong way to interpret it ». Le problème vient du fait que les leadeurs religieux, souvent masculins, ont aligné l’interprétation de la Sharia avec leurs privilèges patriarcaux. Or, les femmes activistes rencontrées voient un féminisme inhérent à la Sharia et aident d’autres femmes de leurs communautés à identifier et comprendre leurs droits présents dans l’islam. Par exemple, pour expliquer qu’autant les filles que les garçons ont droit à l’éducation, elles se réfèrent à l’enseignement islamique selon lequel éduquer une fille revient à éduquer la nation. Nous saluons ce mouvement d’empowerment, également actif chez nous, où les femmes se réapproprient leur religion en même temps que leurs droits !

smiley

Turquie : pas touche à la Convention d’Istanbul !

La décision du président turc de quitter la Convention d’Istanbul n’aura clairement pas détourné les féministes turques de leur volonté de se battre coûte que coûte pour faire respecter leurs droits. En effet, les activistes de l’ONG Mor Çatı ont annoncé avoir intenté un recours devant le Conseil d’Etat turc afin d’annuler le décret présidentiel de retrait. La montée des violences faites aux femmes, le manque d’outils légaux et de prévention adéquats sont selon elles autant d’éléments qui rendent la Convention d’Istanbul essentielle à la prévention des violences. Nous nous associons de tout cœur à cette initiative qui, nous l’espérons, connaitra une issue favorable.. sans laquelle la Turquie quittera officiellement la Convention le 1er juillet..

smiley

Les violences faites aux femmes, un eurocrime ?

Si l'Union européenne n'a en principe pas de compétence en matière pénale, elle peut agir par rapport à des crimes qui sont particulièrement graves et ont une dimension transfrontalière. C'est ce qu'on appelle un crime européen ou eurocrime. Le Parlement européen se penche actuellement sur la question de savoir si les violences faites aux femmes peuvent rejoindre les sept eurocrimes existants (ex. pollution marine, traite d'êtres humains ou d'organes, discrimination raciste et divers crimes économiques). Les comités LIBE et FEMM ont entendu Jacob Öberg, spécialiste d'une approche pénale européenne. Selon Öberg, les violences basées sur le genre sont certes graves, mais leur caractère transfrontalier reste à démontrer. Nous voyons cependant que si l'UE a reconnu un besoin spécial pour combattre par exemple le racisme sur une base commune, le même argument s'applique aux violences faites aux femmes.

smiley

Soutien à Manonolita

Depuis des années, Manonolita, une gameuse wallonne, reçoit des menaces de viol et de mort pour le seul "crime" d'être une femme en ligne. En printemps 2020, elle a déposé trois plaintes à la police, et rien ne bouge. Pourtant, elle pense avoir identifié un des harceleurs qui habite près de chez elle. Si de nombreuses.x élu.e.s se pressent d'exprimer leur soutien et interpellent la police et le parquet, il reste la question de la responsabilité des plateformes sur lesquelles le harcèlement sexiste se propage avec peu d'obstacles. Si on peut éjecter Trump des réseaux sociaux, pourquoi pas exclure au moins temporairement tous ces petits malins qui se croient en sécurité derrière leurs écrans? Tout notre soutien à #ProtectManonolita !

La science dit  

Les coûts de la violence économique et le covid  

L'association britannique Surviving Economic Abuse vient de présenter sa nouvelle étude concernant l'impact de la pandémie sur la violence économique par un partenaire. Basée sur un questionnaire en ligne et des interviews avec des victimes de violence économique et les professionnel.le.s qui les accompagnent, l'étude analyse comment les auteurs de violence conjugale ont saboté les ressources économiques de leurs victimes pour réduire encore plus leur espace d'action. 45% des femmes enquêtées ont subi un empirement de leur situation d'emploi ou d'éducation, 72% de leur situation financière, et 82% dans le paiement des pensions alimentaires, non à cause de la pandémie, mais à cause des actions de leur partenaire. Les nombreux témoignages illustrent comment les mesures sanitaires ont donné des leviers supplémentaires aux auteurs de violence pour contrôler leurs victimes, par exemple des dénonciations pour non-respect des mesures sanitaires, le sabotage du télétravail ou un retour au domicile antérieurement commun sous prétexte du confinement. Ils démontrent aussi que la violence économique, tout comme les autres formes de violence conjugale, ne prend pas fin après la séparation. La concentration des mesures d'urgence pendant la pandémie sur les femmes qui vivent encore avec leurs partenaires violents a donc négligé les besoins spécifiques des femmes qui ont fait le pas de rompre avec leur bourreau. Les recommandations du rapport pourraient aussi être utiles en Belgique pour assurer l'indépendance financière des victimes de violence conjugale afin que le lien entre violence et pauvreté soit interrompu.

On a lu ou vu pour vous 

Balance ta grenade

par Safia Kessas

Safia Kessas, autrice, journaliste et réalisatrice primée, a frappé fort en publiant son livre « Balance ta grenade – un regard féministe qui dégoupille la société ». Et une chose est sûre… c’est qu’il porte bien son nom ! En effet, l’autrice nous dresse une analyse des récentes actualités avec des lunettes féministement féministes et dénonce tour à tour les inégalités et stéréotypes induits par le sempiternel patriarcat.. et ce, tout en mettant en avant les nouveaux mouvements féministes post #metoo !

Dans un style léger et satirique à souhait, Safia Kessas amène les lecteur.rices à percevoir les inégalités de genre qui se cachent derrière nombre de tabous et actualités récentes. L’augmentation des violences domestiques durant les compétitions de foot (tiens tiens..), la précarité menstruelle et les tabous entourant les règles, l’imposition du lissage aux cheveux crépus/frisés et les mouvements de libération « Hrash is beautiful ! », un manifeste en faveur des quotas comme mesure indispensable d’une meilleure représentation des femmes.. bref tout y passe et les avis préconçus explosent avec.. On recommande sans modération !


soleil

Programme d'été 

Tarifs et modalités d'inscription

Autodéfense pour femmes (en soirées) soleil
5, 6, 7 et 8 juillet 2021
de 18h à 21h
Garance ASBL, 1000 Bruxelles
Autodéfense pour filles de 10 à 12 ans soleil
Lundi 5 juillet 2021
de 9h30 à 16h30
Garance ASBL, 1000 Bxl
Autodéfense pour filles de 8 à 10 ans soleil
Samedi 10 juillet 2021
de 9h30 à 16h30
Garance ASBL, 1000 Bxl
Autodéfense pour femmes en situation de handicap visuelsoleil
WE 31 juillet et 1 août 2021
de 10 à 17h
Garance ASBL, 1000 Bxl
Cyberautodéfense pour filles de 14 à 18 anssoleil
du 2 au 6 août 2021
de 9h30 à 16h
Garance ASBL, 1000 Bxl
Autodéfense pour femmes (en weekend) soleil
WE 7 et 8 août 2021
de 10h à 17h
Garance ASBL, 1000 Bxl
Résister à l'antiféminisme (en soirées) soleil
9, 10, 11 et 12 août 2021
de 18h à 21h
Garance ASBL, 1000 Bxl

A la rentrée 

Tarifs et modalités d'inscription

Entraînement Bruxelles : Les techniques de base
13 septembre 2021
de 19 à 21h
Garance asbl
Autodéfense pour femmes (en soirées)
Mercredis 22-29 sept + 6-13-20 oct
dde 18h à 21h
Garance ASBL
Voir l'agenda
complet

Envoyer à un.e ami.e

Nous rejoindre sur Facebook