Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Vous ne voulez plus recevoir notre Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous

N° 102 – Février 2021


8 mars, grève des femmes

Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars est depuis quelques années devenu un jour de grève féministe. En 2017, Ni Una Menos, en Argentine, suite aux immenses manifestations provoquées par plusieurs féminicides lance un appel international à une grève des femmes le 8 mars. L'appel à la grève sera suivi dans 55 pays et donnera lieu à d'impressionnantes manifestations, surtout en Amérique latine, en Espagne et en Italie.

En 2019, le Collecti.e.f 8 maars lance le mouvement en Belgique.

Dans le monde entier, des millions de femmes manifestent et font grève parce que nous sommes toujours loin d'une réelle égalité des genres et que la situation a empiré avec la pandémie. De façon disproportionnée, les femmes font partie de groupes à risques et souffrent des lacunes de l'approche sanitaire et des règles liberticides (ex. isolement des résident.e.s en foyer d'accueil, maison de repos etc.) mises en place. Sans oublier la recrudescence et l'amplification inquiétante des violences conjugales observées dès le premier confinement, donnant lieu à des situations encore plus dramatiques qu'avant la crise (impossibilité pour la victime de quitter son bourreau, manque de moyens, et donc de places, dans les structures d'accueil pour femmes et enfants victimes de violences intrafamiliales ).

Inégalités économiques, violences, cyberharcèlement, répartition inégale du travail du care, sexisme, manque d'accès aux droits reproductifs et sexuels, sous-représentation dans nombre de domaines, les raisons ne manquent vraiment pas de faire grève.

Cette année, des actions sont prévues dans le secteur socio-culturel et les centres de plannings familial pour le droit à l'avortement qui dans de nombreux pays n’est toujours pas acquis pour les femmes ou bien se trouve sérieusement (re)mis en question. Voir le point sur la situation actuelle du droit à l'avortement dans le monde dans notre article en ligne.

Infos sur les actions prévues : Collecti.e.f 8 maars
Appel à la mobilisation dans les centres de planning familial

Pour affirmer notre exigence de changements , pour soutenir les luttes des femmes en Belgique et partout dans le monde, Garance sera en grève le 8 mars pour la troisième fois.



Des nouvelles de Garance 

Bienvenue à Jennifer

Bienvenue à Jennifer Fileccia qui vient de rejoindre l’équipe de Garance ! Nous sommes très heureuses de l’accueillir et de constater à quel point elle s’adapte facilement aux circonstances complexes du télétravail. Avec une double casquette Communication et collaboratrice Cyberdéfense, une chose est sûre, elle ne risque pas de s’ennuyer ! Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans ces projets.

Nouvel atelier à vous proposer: Self-Care Workshop 

La pandémie actuelle a un impact disproportionné sur les femmes et les autres groupes marginalisés, renforçant les inégalités existantes et augmentant les discriminations et les violences. Dans un tel contexte, il est nécessaire d'ouvrir des espaces où nous pouvons réfléchir sur comment nous nous traitons nous-mêmes, et comment nous pouvons non seulement survivre, mais nous épanouir malgré les oppressions systémiques. Cet atelier en anglais propose aux femmes* et personnes non-binaires, trans et intersexe d'explorer leur capacité d'action en matière de self-care en tant qu'acte de résistance. Avec Xiri Tara Noir.

ECAP - Appel aux écoles liégeoises  

Notre projet de prévention des violences commises envers les enfants a pu continuer malgré le contexte actuel, nous sommes très contentes de pouvoir proposer nos ateliers aux enfants de primaire de Bruxelles et de la région de Liège, où nous sommes d'ailleurs à la recherche d'écoles qui pourraient être intéressées de faire venir notre équipe de CAPeuses. Si vous connaissez des personnes que ça pourrait intéresser, n'hésitez pas à leur parler de ce projet et de les inviter à contacter notre collègue Laura Chaumont 

Et cerise sur le gâteau, nous avons le plaisir d'accueillir Alexine Denonville, notre nouvelle collègue, qui rejoint l'équipe Enfants CAPables. Bienvenue à elle !

Femmes au parc

Il y a trois ans, nous menions la première partie de notre projet Femmes au parc, pour lequel nous avions explorer 9 parcs de la région de Bruxelles avec des expertes : des femmes* qui avaient envie de discuter ensemble de leurs ressentis dans ces espaces, et qui avaient surtout envie de partager leurs recommandations pour des parcs plus inclusifs. Aujourd'hui, nous sommes très contentes de débuter la deuxième partie de ce projet qui nous tient à cœur : l'exploration approfondie d'un parc pilote dans lequel nous allons marcher, faire une activité en non-mixité et bien d'autres choses encore. Nous en sommes à la planification, rendue complexe dans le contexte que nous connaissons, mais nous nous adapterons et reviendrons vers vous très rapidement pour vous en dire un peu plus ! *selon autodétermination

Nous serons au Manifestival !  

Amnesty International lance sa première édition du « Manifestival » qui aura lieu - au vu des circonstances – en ligne sur Facebook et YoutTube du 22 au 27 février 2020 ! Ce sera l’occasion de débattre autour d’une question d’actualité : comment manifester sa présence dans les espaces publics quand on est une femme ? D’autant que ceux-ci révèlent l’inégalité sexiste flagrante qui y règne ! Laura Chaumont sera dans ce cadre l’invitée de la visio-conférence du mercredi 24 février qui aura lieu de 18 à 19h. Les infos pratiques pour y participer ? C’est ici !

Garance dans les médias  

Les Grenades (RTBF) ont interrogé Irene Zeilinger sur l’affaire Carla. L’occasion de souligner les enjeux systémiques qui sous-tendent les agressions sexuelles en rue. Aussi, Alexine a été interviewée par le Forum des Jeunes sur les violences faites aux femmes sous le prisme du genre ! Enfin, Libres Ensemble a réalité un mini-reportage (avec notre participation) sur le genre et l'espace public, le harcèlement sexiste, l'aménagement des espaces patriarcal, la prévention et l'autodéfense féministe... tout y est! On se réjouit d’une telle présence qui témoigne de la nécessité toujours plus grande d’intégrer une approche de genre dans la société.


Des nouvelles du monde 

smiley

Féminicides: nos mortes 

A la mi-février : 5 femmes ont été tuées en Belgique pour leur partenaire ou ex-partenaires, depuis le début de l'année. 5 femmes et deux petites filles. Et presque toujours le même constat: il y avait déjà des plaintes, les proches et les autorités étaient au courant. Chaque semaine, le blog stopféminicide recense les articles de presse en ligne qui parlent de meurtres de femmes parce qu'elles sont femmes et les enfants victimes de ces violences.

smiley

Repression de la Reclaim the Night

On ne pourra pas mieux le dire que Fem&Law: on est inquiètes! Une fois de plus, la manifestation Reclaim the nigh par laquelle des femmes, personnes trans et non-binaires se réapproprie l'espace pubic dont iels sont trop souvent exclu.e;s s'est vue réprimée. Arrestations injustifiées, commentaires sexistes et transphobes...Allez voir sur Feminists Fight Back pour des témoignages pour en savoir plus. Et voir aussi nos réactions de 2017 et 2018

smiley

Soutien à Nadia Geerts, féministe laïque menacée pour ses prises de position

Une fois encore, l’actualité nous démontre qu’il ne fait pas bon d’être une femme, lorsqu’on affirme un points de vue. Nadia Geerts, enseignante à la Haute Ecole Bruxelles-Brabant, connue pour ses prises de positions féministes et laïques a étévictime d’une avalanche de commentaires haineux et menaçants sur Internet. Une bande de petits juges, anonymes et masculins, se sont donné le droit de discréditer la parole d’une femme et de l’intimider pour ses opinions. Il n'y a pas si longtemps, la même chose est arrivé à Corinne Torrekens, professeure de science politique à l’Université libre de Bruxelles, pour un article d'analyse de la réaction du gouvernement français au meurtre de Samuel Paty. Ces deux personnes ont des positions diamètralement opposés sur l'interprétation de la laïcité et les conséquences par exemple pour la question du port du foulard. Elles sont pourtant pareillement menacées, preuve que ce n'est pas en soi l'opinion qu pose problème mais que ce soit une femme qui la dit.

smiley

Le Honduras verrouille son interdiction de l’avortement

Le Honduras a décidé d’inscrire l’interdiction totale de l’avortement dans sa Constitution et de modifier la majorité nécessaire pour amender cette disposition (3/4 de députés). Malheureusement, le gouvernement conservateur semble vouloir riposter contre l’élan pris par les mouvement féministes en Amérique latine depuis la légalisation argentine. Heureusement, cette stratégie, plutôt que de décourager, a poussé les jeunes Honduriennes à rejoindre la lutte à travers les associations féministes locales. Pour rappel, la législation hondurienne en matière d’avortement est particulièrement liberticide puisqu’il est interdit en toutes circonstances.

smiley

Autorisation du port de signes religieux dans l’enseignement supérieur

Le réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement autorise, dès septembre 2021, le port de signes convictionnels pour les étudiant.e.s fréquentant l'enseignement supérieur. Cette décision s’applique à tous les établissements d’enseignement supérieur WBE (environ 20 000 étudiants) et de promotion sociale (environ 30.000 étudiants). Nous nous réjouissons de cette nouvelle ! Enfin, la WBE considère le port du voile comme le résultat d'un libre choix (voire d'une réflexion !) de la part des premières concernées.

smiley

Streep in het zand

En Flandre, le dossier De Pauw suit son cours. Petit rappel:Plus d'une dizaine de femmes ont accusé ce présentateur de télé d'agressions sexuelles. Neuf d'entre elles se sont constituées partie civile lors du procès pénal et en ont fait les frais sous forme d'insultes et de menaces massives en ligne. Ce qui est chouette, c'est que de nombreuses personnalités se solidarisent avec les victimes qui ont osé parler, par une lettre ouverte et sous le hashtag #streepinhetzand (ligne/trait dans le sable)

smiley

Mouvement #MeTooGay

« La Familia Grande » de Camille Kouchner aura décidément eu le mérite de mettre un bon coup de pied dans la fourmilière. Une « première vague » de libération de parole avait d’abord visé les femmes à travers le mouvement #MeToo en 2017. Celui-ci mettait en lumière la nécessité de parler des femmes et la gravité du mal-être qui sous-tendait leurs déclarations. A cette occasion, plusieurs hommes gay avaient déjà tenté de témoigner d’agressions sexuelles dont ils avaient été victimes eux-aussi. En janvier dernier, le témoignage de Guillaume T. a lancé le mouvement de libération de la parole chez les homosexuels, sous le hashtag #metoogay. Le cas des violences sexuelles envers les garçons et hommes gays montre que ce n'est pas que le sexisme qui est au coeur des violences basées sur le genre, mais aussi la domination masculine qui agit our hiérarchiser les hommes entre eux. Et cela a ses conséquences dans l'agression même tout comme dans ses séquelles: ne pas parvenir à nommer l'expérience comme violence, ne pas oser en parler, ne pas trouver d'écoute, questionner son orientation sexuelle... Nous vous croyons et nous sommes là pour partager avec vous nos outils de prévention des violences.

smiley

En Pologne, les manifestations féministes continuent

Ogólnopolski Strajk Kobiet mobilise des milliers et milliers de féministes pour protester contre l'interdiction de pratiquement tous les avortements qui est entrée en vigueur mercredi passé. Solidarnosc!

La science dit  

Les violences sexuelles envers les enfants  

UNICEF, l'agence ONU pour les enfants, vient de publier un rapport sur les violences sexuelles envers les enfants, et c'est une mine d'informations pour toute personne qui veut lutter contre ce fléau. En moyenne mondiale, un enfant sur 8 est confronté.e à la violence sexuelle avant ses 18 ans, les filles concernées deux à trois fois plus souvent que les garçons. Les auteur.e.s de violence sont des hommes dans plus de 90% des cas. Les victimes connaissent la plupart des auteur.e.s, et l'espace privé, mais aussi l'école, les lieux de loisir, de sport ou de culte sont les scènes du crime, avec des nouvelles formes de violence qui émergent via les moyens de communication en ligne. Seule une minorité des victimes arrive à dévoiler les violences et à avoir accès à de l'aide, ce qui souligne la nécessite de la prévention primaire. Le rapport ne se contente pas de dresser une image complète de la problématique, mais identifie ce qui « marche » contre ce fléau. Il semble que des approches qui combinent 1) le changement des normes sociales, attitudes et comportements ; 2) la prévention situationnelle ; et 3) l'empowerment des enfants et la réduction des vulnérabilités ont le meilleur impact préventif. L'autodéfense féministe pour les filles a d'ailleurs son propre chapitre (p. 88f) et est identifiée comme pratique prometteuse. Nous sommes heureuses de voir confirmé que nos formations sur le système des drapeaux et nos projets Enfants CAPables et Mérida ont du sens et se complètent entre eux. Il faudrait maintenant élaborer, à partir de ces approches, une politique globale de lutte contre les violences sexuelles envers les enfants, et le rapport UNICEF donne des nombreuses indications de comment s'y prendre. Décideurs.euses politiques : nous sommes prêtes !

Lorraine Radford et al (2020) : Action to End Child Sexual Abuse and Exploitation : A Review of the Evidence 2020. Paris, UNICEF.

On a lu ou vu pour vous 

Camille Kouchner 

La familia  

grande 

Livre brûlot qui a été à l’origine du mouvement #metooinceste, livre réquisitoire aussi, qui place la question du rôle des témoins au centre du débat, la Familia Grande démonte les mécanismes de la domination et du silence et révèle comment la violence sexuelle sur mineur·e·s par personne exerçant l’autorité parentale a pu se produire au sein d’une famille d’agrégé·e·s de droit. Ce n’est pas la première fois qu‘une œuvre littéraire médiatisée est fondée sur le récit d’un crime sexuel sur mineur·e·s dans le cadre familial, il suffit de se remémorer le célèbre Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan (2011, aux Editions Jean-Claude Lattès). Mais ce n’est pas si fréquent que le paravent de la littérature soit si mince et qu’une œuvre porte, presque sans filtre, une accusation publique à l’encontre d’une personnalité puissante. Il faut noter à ce propos que La Familia Grande se présente comme un essai et non pas comme un roman. Le choix de la catégorie littéraire a toute son importance ici. L’auteure écarte ainsi le procédé de la fiction et affirme sa volonté de porter son texte sur la place publique afin que la société s’en empare et se questionne. De même que le récent livre Le Consentement de Vanessa Springora (2020, chez Grasset), qui jetait un pavé dans la mare boueuse de la complaisance générale envers les agissements de Gabriel Matzneff, est un document et non pas un roman. On mesure l’immensité du courage nécessaire à l’auteure de La Familia Grande pour enfin raconter un crime dont elle a été témoin, crime qui, sans l’effet regrettable de la prescription, aurait valu 20 ans de prison à son beau-père. Si la capacité à aider son jumeau a été retirée à l’enfant qu’elle était, l’adulte qu’elle est devenue a trouvé le moyen de faire changer la honte de camp. Rappelons que l’incidence de la violence sexuelle sur les mineur·e·s dans le cadre familial est largement sous-estimée, que les mesures sanitaires ont malheureusement encore amplifié les violences et qu’il n’y a pas de programme publique de prévention primaire à l’heure actuelle qui viserait à donner aux enfants les moyens de mettre un terme aux violences quand ils·elles y sont confronté·e·s ou lorsqu’ils·elles en sont témoins. Garance développe le projet Enfants Capables (ECAP) dans les écoles primaires depuis 2015, qui a pour ambition d’aider les enfants à faire valoir leurs droits de se sentir en toute circonstance fort·e·s, libres et en sécurité, mais la diffusion du programme est encore restreinte. Une attention politique à cette question parait urgente, en particulier dans le cadre de la refonte de l’EVRAS qui est en cours cette année.


Seuil 

Activités de Garance 

Tarifs et modalités d'inscription

Autodéfense pour filles de 10 à 12 ans
Dimanche 28 février 2021
de 9h30 à 16h30
Louvain-La-Neuve
L’accessibilité pour les femmes en situation de handicap victimes de violence
18 mars 2021
de de 9h30 à 11h30
webinaire
Défense verbale pour femmes
Samedi 20 et dimanche 21 mars 2021
de 10h à 17h
En ligne
EMPOWERMENT : penser l’émancipation et l’autonomisation des filles et des adolescentes
jeudi 25 et vendredi 26 mars 2021
de 10h à 16h
1000 Bruxelles
Self-care workshop
on Sunday, the 28th of March
From 10:00am to 16:00pm
On line
Autodéfense pour filles de 12 à 14 ans
Samedi 3 avril
de 9h30 à 16h30
1000 Bxl
Voir l'agenda
complet

Envoyer à un.e ami.e

Nous rejoindre sur Facebook