Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Vous ne voulez plus recevoir notre Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous

Newsletter n° 98 – octobre 2020

A la Une

Formation d'animatrices paires femmes migrantes 

Depuis plusieurs années déjà nos différentes activités pour les femmes migrantes et femmes racisées outillent les participantes pour mieux défendre leurs droits et faire face aux agressions et aux discriminations dans la vie quotidienne au travail, en famille, dans la rue ou ailleurs. Vous souhaitez installer ou pérenniser les animations de sécurité et prévention des violences pour les femmes au sein de votre association en formant une travailleuse ou une volontaire ?

Cette formation gratuite démarre en novembre, et comporte six journées de formation jusqu'à mai 2021. Pour plus de renseignements, contactez-nous.




Garance en brèves 

Enfants CAPables débarque à Liège et continue à Bruxelles  

Le projet de prévention des violences faites aux enfants ECAP a pu reprendre cette année à Bruxelles. Nous avons adapté nos animations aux conditions sanitaires afin de pouvoir quand même présenter le projets aux écoles. Et nous avons surtout débuté nos ateliers dans la région de Liège, deuxième zone géographique que notre équipe va parcourir. Nous allons pouvoir étendre notre travail dans cette région grâce à la formation de formateurs.trices que nous avons donnée l'année dernière et nous en sommes ravies. Pour les infos concernant le projet, n'hésitez pas à nous contacter.

Retour de Pologne  

Comme nous travaillons avec Fundacja Autonomia dans deux projets européens à la fois, nous sommes retournées à Cracovie les 25 et 26 septembre pour une réunion de coordination du projet NO MEANS NO. Si après des mois de visioconférences c'était un soulagement de se retrouver face à face avec nos partenaires, il n'a pas été possible pour toutes de faire le déplacement, et nous avons travaillé à la fois en présentiel et en ligne. Le principal sujet de cette rencontre a été le contenu de notre premier guide de sécurité pour les femmes en situation de handicap qui sera publié début 2021 en Facile à lire et à comprendre en anglais, français, allemand et polonais. Ce voyage fut aussi l'occasion d'organiser une conférence sur l'histoire de l'autodéfense féministe pour les intéressées polonaises.

Ecole urbaine de l’ARAU : « la ville par et pour les femmes »

La 51ème Ecole de l'Atelier de Recherche et d'Action Urbaine a mis le féminisme à l'honneur. Garance était présente pour parler de ses actions dans le cadre du Projet Espaces Publics, des marches exploratoires féministes et du lien entre la prévention des violences faites aux femmes et aux filles d'une part et l'aménagement-animation des espaces publics de l'autre. Ce furent trois soirées de rencontres et d'échanges avec des chercheuses et des associations travaillant sur des thématiques similaires aux nôtres sous des angles différents. Un moment précieux dans cette période incertaine.

Conférence Wave  

Comme chaque automne, le réseau européen Women Against Violence Europe s'est réuni pour sa conférence annuelle les 7 et 8 octobre dernier. La pandémie est aussi passée par là, et en conséquence, la conférence a eu lieu entièrement en ligne, ce qui a permis à un plus grand nombre de personnes (plus de 400) d'y participer. La conférence était focalisée sur les inégalités structurelles comme source de violence, un fait qui est devenu bien visible depuis le début de la pandémie. Garance a présenté lors d'un atelier le nouveau manuel de WAVE sur la neutralité de genre auquel nous avons contribué. Tout le monde croise les doigts pour qu'en 2021, une conférence en présentiel soit possible afin de se revoir à Lisbonne !



C'est arrivé près (ou très loin) de chez vous 

smiley

Inauguration de la fresque « Les Crocodiles » dans le parcours BD 

Le 9 octobre, Garance était présente à l’inauguration de la fresque « Les Crocodiles » du Parcours BD à Bruxelles, un beau projet artistique et féministe. Thomas Mathieu et Juliette Boutant relatent à travers des saynètes le quotidien des femmes empreint de sexisme et de violences de la part des hommes. Ces derniers sont représentés par des crocodiles afin de souligner leur caractère prédateur. Pour contempler l’œuvre, rendez-vous à l’intersection de la rue du Canon et de la rue aux Choux à Bruxelles.

smiley

Vivaldi et Convention d’Istanbul : une affaire de volonté

Dans son programme de gouvernement, la coalition Vivaldi a affirmé sa volonté d’ériger la violence fondée sur le genre en priorité. Bien qu’elle puisse se féliciter de respecter la parité dans sa composition - 10 femmes et 10 hommes - ainsi que la représentation de la diversité,sa déclaration d’intention attend encore d'être démontrée et la constante neutralité de genre dans les politiques annoncées n'augure rien de bon. L’actuel débat sur la réforme des pensions illustre bien la non-prise en compte de la spécificité des carrières féminines, davantage saccadées que celles des hommes. Le rapport que vient de remettre le Grevio, groupe d’expert·es chargé du suivi de l’application de la Convention d’Istanbul devrait être une source d'inspiration pour notre nouveau gouvernement. Irene Kaufer fait le point pour les Grenades.

smiley

Féminicides : 16 de trop

Sofie, âgée de 37 ans et originaire de la province d’Anvers, a été brûlée vive par son compagnon le 2 septembre dernier. Après un mois de lutte, Sofie a succombé à ses blessures et devient la 16ème victime recensée par Stopféminicide. Plus que jamais, mobilisons nous toutes ensemble à la manifestation du 22 novembre pour dire non aux féminicides.

smiley

Mirabal : Appel à manifester le 22 novembre contre les violences faites aux femmes

La Plateforme Mirabal, fédérant associations féministes et services spécialisés dans les violences faites aux femmes, appelle à un grand rassemblement national le 22 novembre pour rappeler aux politiques leurs responsabilités. Mirabal dénonce notamment l’absence de prise en compte sérieuse du rapport rendu par le Grevio mi-septembre 2020 et réclame une politique « volontariste, cohérente, pérenne et correctement budgétisée pour lutter contre toutes les formes de violences faites aux femmes ». Ensemble, ce 22 novembre, rassemblons-nous et démontrons par notre nombre l’étendue de notre détermination.

smiley

L’humour sexiste des hommes politiques

Insinuer publiquement qu'on a une relation avec une collègue (Lindner, chef du FDP allemand, au sujet de Linda Teuteberg lors du congrès du parti), ou qu'on pourrait le vouloir et le proposer (Darmanin à la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie qui l'auditionne lors d'une commission d'enquête) et trouver cela tellement drôle, qu'on refait la même blague plusieurs fois (Lindner avait fait la même « blague » en 2017 avec Claudia Roth, députée européenne) cela semble faire partie de l'humour sexiste assumé ou pas (certains s'excusent après coup sans pour autant prendre leur responsabilité) des hommes politiques. La palme revient à Bart de Wever avec cette récente sortie : « Les amis bleus devront se mettre à genoux, ouvrir la bouche et avaler tout ce qu'il faudra ». Ils désignent les « autres » comme les ennemis des femmes et de l'égalité, mais ces encravatés créent par petits coups répétés la culture du viol.

smiley

« #It’s My Problem » : en Israel, des hommes se mobilisent contre les violences sexuelles

Suite à l’émoi suscité par le viol collectif d’une mineure de 16 ans en Israël, plusieurs hommes du pays ont lancé le hashtag « It’s_My_Problem » afin de rappeler à leurs pairs leurs responsabilités dans les violences sexuelles faites aux femmes. Activistes et acteurs du pays appellent dans une vidéo devenue virale les hommes à s’interroger sur leur manière de parler des femmes et énumèrent quelques exemples: « elle refuse alors qu’elle veut juste ça », « pourquoi ne pas lui offrir un verre pour la faire céder? ». Une démarche de sensibilisation intéressante visant à ramener les hommes à leur responsabilité et à reconnaitre la nécessité de travailler ensemble comme unique gage à l’éradication des violences faites aux femmes.

smiley

Au Koweit, une première loi sur la violence conjugale

Depuis septembre dernier, le Koweit sanctionne les violences domestiques à l’encontre des femmes. Le pays était l’un des derniers au monde à n'avoir aucune loi contre celles-ci. Désormais, un comité national sera chargé d’établir les politiques pour lutter contre ce fléau, une ligne téléphonique et des abris seront également mis en place pour aider les femmes en détresse. Des mesures d’éloignement pourront enfin être ordonnées. Bien que cet avancement soit remarquable, la loi présente des lacunes flagrantes puisqu’elle n’incrimine pas spécifiquement le comportement violent, et ne vise que le cadre marital, excluant les partenaires non mariés ou les ex-partenaires de la victime.

smiley

Au Yemen, des adolescentes au front

Le recrutement forcé d'enfants pour la guerre par les différentes parties opposées (houthis, coalition dirigée par l'Arabie saoudite, milices pro-gouvernementales,etc.) dans la guerre au Yemen depuis 2014 n'est pas une nouveauté. Les enfants sont réquisitionnés, achetés ou embrigadés, parfois très jeunes, pour des missions de ravitaillement par exemple, mais aussi pour combattre au front. Un rapport des Nations Unies pointe l'embrigadement des filles dans ce que les expert·e·s de l'ONU appellent « la plus grande crise humanitaire mondiale ».

smiley

Nouvelles manifestations en Inde et au Pakistan

De nouvelles manifestations ont lieu en Inde et au Pakistan, malgré la pandémie, suite à plusieurs viols collectifs. En Inde deux affaires dont les victimes sont des dalits ont plus particulièrement suscité l'indignation et ramené les gens dans la rue. Au Pakistan, les manifestants réclament la démission du chef de la police de Lahore qui a imputé à une femme la responsabilité du viol collectif dont elle a été victime. Malgré les grandes manifestations des années précédentes, les responsables politiques ne semblent pas prendre la mesure de la situation. Et quand ils le font, la seule réponse qu'ils apportent est la répression. Ainsi au Bangladesh le viol est désormais passible de peine de mort. Preuve si nécessaire que l'alourdissement des peines n'arrange rien : la législation du Bangladesh jusqu'ici punissait les violeurs de la prison à perpétuité.

smiley

Au Mexique, des femmes occupent la Commission nationale des droits humains

Depuis mi-septembre, des femmes mexicaines victimes d’abus fondés sur les stéréotypes de genre ont décidé de résister à l’omerta en faisant le siège de la Commission nationale des droits humains. Lassées du silence des autorités face à leurs souffrances, ces dernières ont décidé d’obliger les autorités à les écouter. Ce ne sont pas les témoignages qui manquent pour attester du désintérêt des pouvoirs publics face à la détresse de ces femmes. Nous sommes solidaires avec ces femmes en lutte et soutenons leur initiative pour dénoncer l’ indiférence dont elles sont victimes.

La science dit  

Le sexe est mauvais vendeur  

La sexualisation des femmes est une des formes les plus fréquentes de la publicité sexiste. Que ce soit pour vendre des tronçonneuses, de la margarine ou encore des déodorants, les publicitaires semblent convaincus que des corps de femmes dénudés ou mis en position provocante pousseraient les consommateurs.rices à acheter. Une récente étude italienne démontre qu'il n'en est rien. En plusieurs étapes, les chercheuses ont examiné les réactions de centaines d'hommes et de femmes à des publicités sexualisées ou neutres pour les mêmes produits. Sans grande surprise, les femmes n'aiment décidément pas la sexualisation des corps de femmes. Celle-ci influence négativement leurs émotions et réduit l'attractivité du produit et l'intention d'achat. Les hommes, eux, restent en moyenne indifférents par rapport à la sexualisation ; ils ne courront pas aux magasins juste parce qu'une publicité montre une femme sexualisée, sauf s'ils montrent déjà un niveau élevé de sexisme hostile au départ. Encore plus frappant est le résultat pour des publicités sexualisant des hommes, car l'impact est négatif sur les femmes et sur les hommes. Cela montre bien que le sexisme ne fonctionne que dans un seul sens, contre les femmes. Conclusion : il n'y a plus aucune excuse pour les pubs sexistes, et il est grand temps que les publicitaires utilisent leur créativité autrement.

Sarah Gramazio, Mara Cadinu, Francesca Guizzo, Andrea Carnaghi (2020). Does Sex Really Sell ? Paradoxical Effects of Sexualisation in Advertising on Product Attractiveness and Purchase Intentions.

Activités de Garance 

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles 

Autodéfense pour femmes
Samedi 24 et dimanche 25 octobre 2020
de 10 à 17h
Garance ASBL, 1000
Autodéfense pour filles de 12 à 14 ans
Samedi 31 octobre 2020
de 9h30 à 16h30
Garance ASBL, 1000
Entraînement mensuel : Libération de prises et d’étranglements
Lundi 9 novembre 2020
de 19 à 21h
Garance ASBL, 1000
Voir l'agenda
complet

Envoyer à un.e ami.e

Nous rejoindre sur Facebook