Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Vous ne voulez plus recevoir notre Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous

Newsletter n° 91 – novembre 2019

A la Une 

Manifestation nationale contre les violences sexistes 

Le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est l’occasion de maintes activités de sensibilisation et de protestations dans le monde entier. En Belgique, Mirabal, plateforme qui réunit une centaine d'associations et organisations de la société civile et dont Garance fait partie, appelle à une manifestation nationale le 24 novembre à 14h dans les rues de Bruxelles. Ce n’est pas pour autant qu’il ne se passera rien le 25 : rassemblements, actions et minute de cri dans tous les coins du pays.

En Belgique comme ailleurs, les raisons pour manifester ne manquent pas, des violences qui trouvent leur écho dans les médias à celles qui restent invisibles, du manque d'une politique coordonnée et pourvue de moyens suffisants aux difficultés structurelles des associations d'assurer un service continu et de qualité, du manque d'accès à leurs droits des femmes sans papiers et des femmes vivant avec un handicap au ras-le-bol de voir si peu changer en plusieurs décennies de lutte....

Venez donc avec nous pour prendre la rue, faire du bruit et dire un NON retentissant aux violences et au laissez-faire de notre société. Parce que la honte doit changer de camp et que les femmes et les filles ont le droit de vivre sans violences !

Garance en brèves 

Garance cherche une nouvelle direction ! 

Après vingt ans au guidon de Garance, notre directrice Irene Zeilinger veut faire de la place pour des nouvelles visions et manières de faire. Nous cherchons donc une personne inspirée par nos valeurs et objectifs pour mener notre association et ses équipes vers un avenir toujours plus féministe. Candidatures avant le 1er décembre à garance.candidatures@gmail.com. Et pour les curieuses.eux: Irene ne quittera pas Garance tout à fait, mais s'occupera désormais de nos projets internationaux.

Tout est bien qui finit bien 

Quatorze nouvelles formatrices d’autodéfense féministe viennent de terminer leur formation en beauté. Leur « FOFO » (formation de formatrices) s’est déroulée d’avril 2018 à novembre 2019 et des liens forts se sont créés entre les participantes en cours de route. Pendant la FOFO, elles ont approfondit leur réflexion sur l’auto-défense, les violences, les privilèges, l’animation de groupe, et bien d’autres choses, et entrainer leur pratique de l’auto-défense et de l’animation. Elles ont également eu l’occasion de co-animer des (vrais) stages avec des formatrices expérimentées. Si certaines participantes iront renforcer le mouvement d'autodéfense féministe en France, les autres viendront, bien à point, renforcer l’équipe de Garance pour pouvoir répondre aux demandes de formations de plus en plus nombreuses.

Premières séances d'info Femmes 55+ 

Le projet Femmes 55+ actrices de leur sécurité est reparti ! Vous pourrez vous informer sur les activités gratuites proposées lors de deux séances d'information organisées en collaboration avec les communes de Uccle (25 novembre, sur les groupes de réflexion sur la sécurité) et Jette, (6 décembre, rue Léon Théodor 108, sur l'autoprotection). Nous y aborderons pourquoi on entend tellement d’histoires horribles sur tout ce qui peut arriver et si c'est vraiment si dangereux de sortir de chez soi. Mais surtout : nous partageons aussi nos trucs et astuces, parce qu’une femme prévenue en vaut deux !

Garance sur BX1 

Début novembre, un 20ème féminicide conjugal a été recensé en Belgique. Les médias semblent s’y intéresser plus et mieux : à la manière dont les plaintes des femmes sont reçues et aux mesures à mettre en place pour éviter d'autres victimes. Le 6 novembre, c'est Garance qui était invitée à en parler sur BX1 (entre les minutes 51 et 59).

C'est arrivé près (ou très loin) de chez vous 

smiley

Féminicides – nos mortes

Le mois de novembre – ou plutôt le machisme – a déjà coûté la vie a deux femmes, portant le nombre de féminicides en 2019 recensées par Stop Féminicide à 21. Rappelons que ce recensement se fait uniquement sur base de ce qui est visible dans les médias car il n'y a pas de statistiques officielles et publiquement accessibles. Les noms des victimes seront, comme l’année passé, affichés au début de la manifestation du 24 novembre contre les violences faites aux femmes.

smiley

Les violences dans le quartier Nord continuent

Tandis que toute l'attention médiatique et politique consacrée aux violences faites aux femmes est actuellement concentrée sur les féminicides, une autre forme de violence bien spécifique continue en huis clos. Au moins deux agressions ont eu lieu début novembre dans le quartier Nord à Bruxelles connu pour la présence de prostitution de vitrine. Dans les deux cas, des locataires de carrés ont été menacées et frappées pour obtenir leur recette. Et ce n'est que la pointe de l'iceberg. Ce sont surtout les femmes d'origine subsaharienne qui sont la cible de ces attaques. Après le meurtre de Eunice en juin 2018, habitant.e.s et travailleuses appellent de tous leurs voeux une politique de prévention pour plus de sécurité dans le quartier.

smiley

Bracelets anti-rapprochement

Chaque année en novembre, l'une ou l'autre mesure de lutte contre les violences faites aux femmes est proposée pour adoption au Parlement. En 2019, les bracelets anti-rapprochement (BAR) ont la cote. Certes, les BAR promettent qu'un partenaire violent ne puisse plus s'approcher de sa victime après une séparation, ce qui doit prévenir des actes de vengeance jusqu'aux féminicides. Mais en pratique, cette mesure gadget comporte de nombreux problèmes et cache le fait que la Belgique n'a toujours pas de vraie politique globale, budgetisée et coordonnée de prévention des violences. Plusieurs associations féministes, dont Garance, ont signé une lettre ouverte pour rappeler les demandes formulées dans le rapport alternatif sur la Convention d'Istanbul. Les BAR en tout cas ne sont pas parmi nos priorités...

smiley smiley

X-ième accusation contre Polanski

Chacune de nous a un seuil où elle n'en peut plus. Pour la photographe française Valentine Monnier, c'était le dossier de presse pour le film « J'accuse » de Polanski. Le metteur en scène accusé par plusieurs femmes de les avoir violées, la plupart avant leurs 18 ans, – et condamné dans un cas aux Etats-unis – s'y compare à Dreyfus et dénonce les accusations et erreurs judiciaires. Le témoignage de Valentine Monnier illustre le poids du silence qu'elle a du porter pendant des longues années et qui a été exacerbé par le soutien inconditionnel de nombreuses personnalités, sous prétexte qu'il faudrait « séparer l'homme de l'artiste ». Polanski, lui, n'applique clairement pas cette nuance...

smiley

L'interview inspirant d'Adèle Haenel 

L'actrice Adèle Haenel a témoigné lors d'un entretien avec Médiapart du fait qu'elle avait été victime de harcèlement sexuel entre ses 12 et 15 ans lors d'un tournage de la part du metteur en scène Christophe Ruggia. Une heure d'analyse précise et accessible du silence de plomb et de la complicité de tout le secteur du cinéma, mais aussi de sa responsabilité de témoigner pour soutenir des victimes qui ne bénéficient pas d'une même visibilité qu’elle. Et pour une fois, un témoignage qui est accueilli sans les contreattaques que nous avons malheureusement du prendre l'habitude de voir après chaque dénonciation des violences sexistes ces dernières années. Il reste à voir si cet entretien annonce le changement de cap auquel appèle Haenel. En attendant, c'est une bouffée d'air bien nécessaire qui crée aussi des nouvelles solidarités : Marion Cotillard et Isabelle Adjani entre autres ont exprimé publiquement leur soutien à Adèle Haenel qui, elle, a soutenu Valentine Monnier (voir ci-dessus).

smiley

Royaume-uni : 10 points 

Si si, il y a aussi des bonnes nouvelles qui viennent de nos voisin.e.s d'outre-Manche, malgré le Brexit. Le gouvernement britannique vient de lancer un programme de sept ans doté de près de £ 68 millions (EUR 79 millions) pour lutter contre les violences faites aux femmes dans les pays du Sud. Et la cerise sur le gâteau : ces fonds seront investis dans des programmes de prévention primaire précédemment identifiés comme efficaces, y compris l'autodéfense féministe pour jeunes filles ! Avec cette initiative, le Royaume-uni est devenu le bailleur de fonds le plus grand et sérieux dans ce domaine... ce qui en dit long sur le manque d'investissements des autres institutions.

La science dit  

« Votre regard sur la sécurité » 

Contrairement à une image qui colle parfois à notre capitale, celles et ceux qui y vivent ou y passent ne considèrent pas Bruxelles comme un coupe-gorge. On peut constater que la criminalité y est d'ailleurs en forte baisse. Mais ce qui frappe le plus dans la récente enquête régionale menée par Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale, c'est la différence entre les craintes et la réalité. Agression, vol ou encore risque d'attentat, voilà ce qui est le plus redouté ; mais dans les faits, les citoyen.ne.s déclarent être surtout victimes de discriminations, de remarques et insultes dans l'espace public, de vols sans violence et de harcèlement. A l'exception des vols, ces faits sont rarement déclarés auprès de la police, par sentiment d'inutilité ou crainte de ne pas être pris.e au sérieux. On peut ajouter que ces faits non rapportés touchent en fait majoritairement des femmes.

On a lu, vu, écouté pour vous...  

Les crocodiles sont toujours là 

Connaissez-vous le projet Crocodiles ? C'est un blog créé depuis plusieurs années, où l'on peut voir en BD des témoignages de femmes sur le harcèlement sexiste au quotidien, où les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles. Après en avoir publié un premier album en 2014, Thomas Mathieu s'est associé avec Juliette Boutant pour remettre le couvert dans un deuxième tôme. Eh oui, après l'affaire Weinstein, #metoo, #balancetonporc.... les crocodiles sont toujours parmi nous ! Les histoires qu'iels ont récoltées et mises en images montrent dans ce deuxième album des aspects plus spécifiques et systémiques du harcèlement sexiste, telles les violences gynécologiques et obstétricales, ou le harcèlement exercé par la police et dans la vie publique. Confrontant, révoltant et politique. Juliette Boutant & Thomas Mathieu (2019) : Les crocodiles sont toujours là. Casterman, Paris.

Paying for it 

Sur le sujet controversé de la prostitution, le Collectif La Brute a monté un spectacle après avoir rencontré des personnes prostituées, des clients, des commissaires de police, des militant.es... Il en est sorti un texte fort, mêlant témoignages et cris de colère, résolument non abolitionniste : un point de vue qui aurait mérité d'être davantage explicité dès le début de la représentation. Le spectacle donne peu de place aux situations plus dures ou simplement plus banales, en privilégiant le plus touchant, voire le plus exotique, ce qu'on ne manquera pas de lui reprocher. Tel quel, il mérite cependant d'être vu. Paying for It, au Théâtre National à Bruxelles, jusqu'au 23 novembre

Activités de Garance 

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles 

Autodéfense pour filles de 14 à 16 ans
Samedi 23 novembre 2019
de 9h30 à 16h30
Garance ASBL, 1000
Autodéfense pour femmes
Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2019
de 10h à 17h
Garance ASBL, 1000
Entraînement : Défense verbale fêtes de famille
Lundi 9 décembre 2019
de 19 à 21h
Garance ASBL, 1000

En Wallonie 

Défense verbale pour femmes
Dimanche 24/11 et dimanche 1/12 2019
de 9h30 à 16h30
MJ Chez Zelle, Louvain-la-Neuve
Entraînement pour femmes
Samedi 7 décembre 2019
de 14 à 17h
MJ Chez Zelle, Louvain-la-Neuve
Autodéfense pour filles de 10 à 12 ans
Dimanche 8 décembre 2019
de 10h à 17h
MJ Chez Zelle, Louvain-la-Neuve
Autodéfense pour filles de 8 à 10 ans
Dimanche 15 décembre 2019
de 9h30 à 16h30
MJ Chez Zelle, Louvain-la-Neuve
Voir l'agenda
complet

Activités du CVFE, Liège 

Autodéfense pour femmes
Dimanches 1 et 8 décembre 2019
A partir de 9h
CVFE, Liège

Nous y serons 

Manifestation nationale contre la violence faites aux femmes
24 novembre 2019
14h
Carrefour de l’Europe (gare centrale)
Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes
25 novembre 2019
A 12h pile, faites du bruit partout

Envoyer à un.e ami.e

Nous rejoindre sur Facebook