Si cette Newsletter ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Vous ne voulez plus recevoir notre Newsletter? Une remarque, une suggestion ? Contactez-nous

Newsletter n° 88 – juin 2019

A la Une 

Nos formations pour professionnel.les 

En plus de notre habituel programme d'activités, la nouveauté de cette année est la mise en place d'un programme de formations pour professionnel.les. Jusqu'à présent, ces formations étaient proposées uniquement à la carte et accessibles seulement à des groupes déjà constitués formellement (associations, institutions) ou non. Dorénavant, même un groupe restreint de personnes ou une personne hors groupe pourront y participer. Nous vous avons concocté un programme qui reprend les formations les plus demandées, notamment les formations de  préventions des violences dans un contexte professionnel. S'y ajoute deux formations sur les marches exploratoires qui connaissent un succès tel que nous ne pouvons plus répondre à la demande ou souvent selon des modalités qui ne correspondent pas à nos objectifs. Pourtant, les sujets du sexisme et des violences de genre dans l'espace public méritent l'attention qu'on commence de plus en plus à leur accorder. Les marches exploratoires féministes sont un bon outil mais il nous semble important de ne pas l'utiliser n'importe comment. Enfin, la demande récurrente d'une formation au  Système drapeaux  à laquelle nous n'avions jamais pu répondre pourra désormais être comblée avec 3 formations programmées cette année. Découvrez toutes nos autres formations (Harcèlement sexiste au travail, L'état du stress post-traumatique comme conséquence de violences, Rendre l'autonomie aux victimes d'infraction) dans notre programme complet des formations pour professionnel/les. Le public visé par les formations est très large et dépend de leur type : professionnel.les travaillant avec des enfants et des jeunes (le système drapeaux) ou travaillant avec des personnes ayant subi ou subissant de la violences (formation ESPT et RAVI) ou encore des professionnel.les travaillant dans l'urbanisme (marches exploratoires). Elles sont néanmoins ouvertes à tout public et ont toutes lieu à Bruxelles.

Garance en brèves 

« Femmes migrantes » reçoit le label PCI 

Depuis 2009, Garance mène le projet Femmes migrantes, actrices de leur sécurité dans lequel nous formons des femmes issues de l'immigration à animer des groupes et ateliers de sécurité avec leurs paires. D'abord financé d'année en année par des subventions facultatives de la Promotion de la Citoyenneté et de l'Interculturalité (PCI) de la Fédération-Wallonie-Bruxelles, le projet a obtenu en mai le label PCI. Cette reconnaissance de la qualité de notre travail se traduit en un financement plus conséquent en hauteur et en durée : nous pouvons désormais planifier des activités trois ans en amont et avons finalement les moyens de défrayer les animatrices paires volontaires.

Fond Héloïse soutient Garance 

Le tout nouveau Fonds Héloïse, géré par la Fondation Roi Baudouin, apporte son soutien financier à deux projets de Garance. D'un côté, il permettra de continuer notre projet Mérida qui développe l'autodéfense féministe pour filles jusqu'à la fin de l'année. De l'autre côté, il insuffle l'énergie et les moyens nécessaires pour relancer notre projet Femmes 55+, actrices de leur sécurité. Nous sommes très heureuses de voir ce financement privé compléter notre financement pour des projets qui ont du mal à trouver un financement public durable.

C'est arrivé près (ou très loin) de chez vous 

smiley

L'Eglise fait lobby contre les victimes d'abus

Un rapport récent dévoile que l'Eglise catholique états-unienne a déboursé plus de 10 millions de dollars en huit ans pour combattre l'adoption de nouvelles lois qui aideraient des victimes d'abus sexuel par des prêtres à porter plainte. Les lois visées prolongent en général le délai de prescription dans lequel des victimes mineures au moment des faits peuvent porter plainte. Le lobbying catholique n'a pas toujours porté ses fruits, mais il est choquant que l'Eglise professe du bout des lèvres sa volonté de rendre justice aux victimes d'abus tout en s'opposant en catimini à ce que justice soit faite.

smiley

Quand l'extrême-droite attaque les droits des femmes...

...les féministes résistent, par exemple avec la carte blanche du CFFB ou l'affichage du Collectif des Femmes qui l'Ouvrent dans la province du Luxembourg. La vague brune qui a déferlé sur l'Europe lors des élections européennes n'était pas inattendue. Cela fait des années que des politiques détestables pour leur racisme et leurs atteintes aux institutions démocratiques permettent aux partis d'extrême-droite d'avancer d'élection en élection. Ce qui est moins connu, c'est leur caractère sexiste et anti-féministe. Garance a fait un petit aperçu des derniers dérapages qui ne sont que des symptômes de principes fermement ancrés dans la pensée de l'extrême-droite. Nous appelons à une mobilisation féministe en coopération avec les autres mouvements sociaux pour défendre nos droits et ceux des autres groupes dominés, notamment en rejoignant la coalition Stand Up.

smiley

Yakapa montré du doigt par des associations de parents d’enfants en situation de handicap et des associations féministes

Yakapa qui est un programme de prévention de la maltraitance des enfants par leurs parents (à l'initiative du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles) a suscité la polémique en publiant une vidéo interrogeant un pédopsychiatre qui tient des propos mettant en cause les agissements des mères d’enfants autistes, sans préciser qu’il s’agit de cas isolés. Les associations en réaction à la vidéo accusent Yakapa d’être une plateforme de propagande psychanalytique masculiniste et demandent aux représentant.e.s des ministres de supprimer la vidéo. Inforautisme avait déjà épinglé la plateforme pour des recommandations problématiques au sujet de l’autisme et avait obtenu la suppression d’une vidéo. Le conseil des femmes francophones de Belgique a aussi déjà mis en avant que Yakapa propage des idées mensongères et défavorables aux droits des femmes (notamment par un traitement biaisé et dangereux de la pédo-criminalité) mais les plaintes sont restées sans suite.

smiley

Un foyer d'accueil par commune en Angleterre 

Theresa May annonce l’obligation légale de prévoir un foyer d’accueil pour les victimes dans chaque commune d’Angleterre. Jusqu’à présent, les victimes de violence conjugale n’avaient pas toutes accès à des foyers d’accueil par manque de place, car de nombreuses communes les avaient supprimés pour raison budgétaire. Comme les foyers accueillent principalement des femmes résidant dans d’autres communes pour qu’elles soient loin de leur agresseur, les élu.e.s pouvaient les fermer sans conséquence pour leur réélection… Cette annonce répond, enfin, à une demande très ancienne des associations de terrain qui rappellent que les foyers d’accueils sont primordiaux dans le parcours des victimes pour sortir de leur situation. Un conseiller du Gouvernement a aussi fait assez justement remarquer, dans le cadre de la planification du financement de ces foyers, qu’il faudrait aussi prévoir de financer la prévention primaire des violences pour diminuer le nombre de victimes en premier lieu. On peut aussi se demander si grâce à cette nouvelle directive, les foyers pour femmes racisées, qui avaient été les premiers à voir leur subvention coupées, rouvriront.

smiley

Des applications gratuites à l’initiative de femmes pour lutter contre les agressions sexistes 

"Garde ton corps" est une nouvelle application qui indique à ses utilisatrices l'endroit le plus proche où trouver refuge en cas de problème. Elle ne fonctionne actuellement qu’à Aix-en Provence, seule ville française à avoir soutenu le projet pour l’instant. Les endroits mentionnés sont des lieux partenaires de l’application où elles seront aidées (cafés, night shop etc.). Les trois femmes à l’origine de l’application espèrent un développement dans d’autres villes et comptent sur le téléchargement de l’application par des utilisatrices en dehors d’Aix-en Provence pour pouvoir appuyer leur demande auprès d’autres villes. « Bas les pattes » est, elle, une application permettant d’alerter en cas d’agression sexiste et devrait bientôt recenser tous les lieux officiels d’aide dans les parages (commissariat, associations etc.). L’association à l’origine de l’application a reçu une subvention auprès du Secrétariat d'État chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes.

La science dit  

La violence conjugale dans toutes les classes  

Contrairement aux idées reçues, la violence conjugale ne se concentre pas dans les foyers pauvres, mais se retrouve dans toutes les couches de la société. La classe sociale peut constituer un facteur aggravant mais pas toujours dans le sens qu'on attendrait. Une étude espagnole démontre, sur base de 1200 entretiens individuels, que les femmes qui ont un doctorat ou post-graduat sont le groupe de la population féminine à avoir le plus difficile à quitter une relation abusive ; elles y arrivent en moyenne après 12 ans et trois mois. Les femmes qui sortent le plus rapidement de la violence (entre 7 ans et 1 mois à 8 ans) sont, certes, celles avec un master, un diplôme de haute-école, un diplôme d'enseignement secondaire, mais aussi celles qui savent ni lire, ni écrire. Cette étude bouscule l'idée que plus on a des ressources, plus il serait facile de sortir de la violence. Au contraire, la honte accrue ou la peur d'un déclassement social en cas de séparation peut retarder la recherche d'aide. L'âge a également un impact, avec les jeunes femmes qui sont les plus rapides à quitter un partenaire violent et celles de plus de 65 ans qui sont celles qui hésitent le plus longtemps. Le facteur le plus bénéfique pour rompre le cercle vicieux de la violence est le soutien apporté par l'entourage pour identifier la violence et pour envisager des alternatives.

La rebelle du mois 

La Princesse P’yŏnggang 

L'histoire de la Princesse P’yŏnggang , femme rebelle du mois, se transmet encore par tradition orale en Corée du Nord et du Sud, sous forme de conte, connu sous le nom de « Ondal le Sot ». Bien que ce conte porte le nom de son mari, c'est la princesse qui en est l'héroïne.

Activités de Garance 

Tarifs et modalités d'inscription

A Bruxelles 

Entraînement : Techniques de base
lundi 9 septembre 2019
de 19 à 21h
Garance ASBL, 1000
Défense verbale pour femmes
Samedi 21 et dimanche 22 septembre 2019
de 10 à 17h
Garance ASBL, 1000
Autodéfense pour femmes
Mardis 24 septembre + 1, 8, 15, 22 octobre 2019
de 18h à 21h
Garance ASBL, 1000
Les marches exploratoires
30 septembre 2019
de 9h30 à 16h30
Garance ASBL, 1000
Autodéfense pour femmes
Samedi 5 et dimanche 6 octobre 2019
de 10h à 17h
Garance ASBL, 1000

En Wallonie 

Autodéfense pour femmes/td>
Dimanches 6 et 13 octobre 2019
de 9h30 à 16h30
MJ Chez Zelle, Louvain-la-Neuve
Voir l'agenda
complet

Envoyer à un.e ami.e

Nous rejoindre sur Facebook